AccueilAccueil  Carte de L.A.Carte de L.A.  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez|

Les liens du sang sont si vaste qu'ils ne sont pas toujours visible. (Gabrielle/Sirena)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


Invité avatarInvité
MessageSujet: Les liens du sang sont si vaste qu'ils ne sont pas toujours visible. (Gabrielle/Sirena) Mer 7 Nov - 18:51

*Sirena venait d'arriver chez elle, enfin dans un des « refuge » de sa superbe famille de démon. Elle revenait d'une chasse plutôt amusante et très créative, sa victime avait finit en lambeau et elle avait pris soin, alors qu'il était encore en vie, de le découper morceau par morceau... Elle avait bu jusqu'à la dernière goutte de son sang, se délectant de ce succulent nectar vital alors que sa victime la suppliait de la laisser en vie pour finalement vouloir mourir. La belle Sirena adorait ce moment où la victime voulait absolument mourir pour éviter de sentir une fois encore la douleur que son bourreau pouvait lui insufflé.
C'est donc avec un sourire au lèvre qu'elle se dirigea vers le bureau de son paternel. Elle avait une envie soudain d'aller le voir et de lui rendre encore une fois, la vie impossible. Elle adorait ça. Chaque fois qu'elle allait le voir, ce n'était jamais au bon moment et elle faisait en sorte que ce soit toujours le cas. Une véritable emmerdeuse qu'elle était et fier de l'être qui plus est. Mais d'une certaine façon, l'on récolte se que l'on sème et Blake avait tellement semé que ce n'était que le juste retour des choses. L'avantage à être une Wrath, c'est que nos pires défauts sont nos meilleurs qualités... Un paradis infernal pour la petite démonne que Sirena était.

Mettant un pied devenant l'autre, elle s'amusa à jouer avec son déhancher alors qu'elle parcourait le couloir qui menait au territoire sacré de son géniteur. Ses hauts talons noir était ses favoris. Son corps était un de ses meilleurs amuse-gueule. Plus elle le moulait, l'allongeait, le dévoilait, plus elle arrivait à avoir se qu'elle désirait. Alors pourquoi changer ?

Arrivée devant l'immense porte du bureau en question, elle donna un grand coup dedans, aimant les entrée fracassante et pourtant, pour cette fois, elle n'eut pas l'effet voulu. Le bureau était vide. Elle regarda partout, la pièce étant immense mais une simple concentration sur les environs pu lui confirmer sa solitude. Elle soupira puis s'avança vers l'immense bureau qui trônait sur le côté gauche de la pièce. Elle poussa le siège et s'assit lourdement dessus, croisant ses jambes et ainsi, pouvant examiner à loisir la pièce totalement impersonnel qui était pourtant à son père depuis bien longtemps mais le sentimentalisme dans la famille n'était pas une des chose les plus flagrante. Il n'y avait aucune photo ni de famille même pas de victime, ce qui aurait pu être assez drôle pour rajouter une touche de sadisme naturel à son géniteur quand il recevait de la visite. Mais bon, les goûts et les couleurs ne se discutent pas, n'est-ce pas ?

Ainsi vautré dans le fauteuil de son paternel, elle écouta le silence qui fut brisé par le soudain son de pas. Se redressant, elle attendit de voir où les bruits allaient se diriger, sachant que ce n'était pas son père, elle le reconnaissait à la vague de haine et de rage qu'elle ressentait dès qu'il était à dix mètres autour d'elle. Avoir le don de ressentir les émotions des autres étaient des plus insupportables surtout quand il s'agissait d'un membre de sa satané famille puisqu'elle avait interdiction de les manipuler. Elle n'oserait pas le faire de toute manière, elle les haïssait mais n'était pas stupide au point de risquer de mourir de façon peu agréable.
Les pas semblaient se rapproché et en aucun cas diverger dans une autre direction. Sirena ne bougea pas de sa place, elle attendit que la personne ouvre la porte car d'après les sons, elle venait de franchir la dernière option avant la porte du bureau de son père. La démonne se concentra sur l'intrus qui semblait avoir des sentiments vraiment mélangé et la plupart du temps, ce genre de personne était humaine mais Sirena n'arrivait pas à être certaine pour cette dernière, son intuition lui disait qu'elle n'était pas ange ni totalement humaine... Sirena en vain donc à la conclusion que la personne qui venait d'ouvrir la porte après avoir frappé sans entendre le moindre bruit était une hybride certainement comme elle-même. Mais que faisait-elle ici ? Le père de Sirena connaissait beaucoup de monde mais une partie d'elle-même lui disait que l'hybride n'était pas comme tout le monde justement. Sirena se redressa sans un bruit, déposant ses avants bras sur le bureau de son père, fixant la jeune femme qui ne l'avait pas encore vu avec un regard dur et inquisiteur. *

Tu veux quelque chose?!

*Sirena utilisait le tutoiement pour démontrer le peu de respect qu'elle avait pour la personne sauf si évidemment elle connaissait la personne comme avec ses frères et sœurs. La seule exception obligatoire étant son paternel. Autrement dit, la jeune femme devant elle avait autant d’intérêt qu'une mouche posé sur son chemin... Cependant, Sirena était maligne, avant d'attaquer son ennemi, il faut apprendre à la connaître.
Toujours assise sur la chaise de son père, dans la même posture depuis l'entrée de la jeune femme, son regard peu amical ayant pour but d'intimidé son interlocutrice, elle attendait... La patience étant une de ses qualités quand mademoiselle le décidait. *
Revenir en haut Aller en bas


feat. : Amy Acker
Messages : 9162
Age : 36
Arrivé le : 27/10/2011
Signes distinctifs : A une marque au creux des reins ressemblant à un croissant de lune dans un soleil.

Qui es-tu?
Espèce: Démon inférieur
Age (réel et physique), Mensurations: 27 ans, 1m70
Dons et personnalité:
avatar
Gabrielle Viszs
MessageSujet: Re: Les liens du sang sont si vaste qu'ils ne sont pas toujours visible. (Gabrielle/Sirena) Dim 11 Nov - 12:03

J’étais en retard, tout cela à cause de cette humaine qui avait cru que j’avais besoin d’aide, non, mais les gardes du corps, ce n’était pas pour que je ne m’enfuis pas, c’était pour m’aider à récupérer ce dont Monsieur Wrath avait commandé. Les caisses étaient en bas, je les avais ouverte personnellement, et il y avait un soucis avec l’une d’entre elles, il semblait manquer du produit. Je voulais qu’il vienne voir, au pire, qu’il me dise le poids exact, ainsi j’en saurais plus et je pourrais voir pour envoyer un service exprès pour récupérer ce qui aurait dû être dedans. Je ne voulais pas leur mort, mais vouloir arnaquer mon patron, ils ne devraient pas, même pas y penser. Il était puissant et gentil, enfin avec moi, j’avais l’impression qu’il voulait m’acheter, mais non, je devais me faire des idées. Il était grand, il avait ce charme qui faisait que j’aimais le regarder, même quand il ne me parlait pas et je me demandais s’il n’en jouait pas un peu. Mais j’avais tout le matériel nécessaire pour mes propres recherches et aussi pour les siennes. Je trouvais admirable la façon dont il traitait ses employés et j’avais toujours sa carte sur moi, je ne voulais prendre aucun risque en sortant. C’était bien appréciable de savoir que lorsque l’on travaillait pour lui, nous ne risquions rien, car il attrapait personnellement ceux qui nous avaient fait du mal et je pouvais en faire ce que je voulais. Heureusement, cela n’était pas arrivé, pas une seule fois, le fait de la montrer servait suffisamment et maintenant j’étais un peu connu dans l’hôtel où je logeais.

J’avais revêtu ma blouse blanche, je ne l’avais pas fermé, elle était là pour me différencier de ceux qui travaillaient dans les bureaux c’était tout, en même temps, je ne m’habillais pas comme ces femelles, ouvert de partout, montrant à qui le veux tout ce qui devrait être enfermé. Ma chemise blanche et mon simple pantalon de toile noir me suffisait pour me mettre à l’écart et c’était parfait. J’avais toujours été l’étrangeté de notre groupe, alors ici, un peu plus ou moins, cela ne me dérangeait pas le moins du monde. J’avais mon carnet à la main, un crayon dans l’autre et avançait rapidement, la tête haute, il le fallait, sinon j’allais me faire bouffer un jour ou l’autre, mais j’allais droit devant moi, direction le bureau de Monsieur Wrath. Je n’attendais pas pour entrer, j’avais le droit d’entrer comme chez moi, sauf que je n’étais pas chez moi. Je m’arrêtais net à la question. Mince, ce n’était pas lui, c’était sur et sentais ma queue de cheval faire un bond derrière moi, se remettant en place. Je ne savais pas quelle attitude avoir, je ne l’avais jamais vu ici, mais si elle avait pu rentrer, c’est qu’il la connaissait forcément, il n’y avait rien d’autre à se dire. Je clignait des yeux à plusieurs reprises, me forçant à ouvrir la bouche, j’avais préparé un texte pour monsieur Wrath, pas pour cette femme qui était dans son siège.


« Euh. Je suis venue demander des renseignements à Monsieur Wrath, mais il ne doit pas être là, apparemment et, je ne vais pas vous déranger plus longtemps, je reviendrais. Vous savez quand est-ce qu’il sera de retour ? »


J’imaginais très bien qu’il n’était pas sous son bureau, ni même dans son placard mort, non, il devait être sorti, ce qui était étrange, il ne sortait pas beaucoup de son bureau. Je serrais mon carnet sur ma poitrine, me disant que j’aurais du demander à sa secrétaire s’il était là, mais il était toujours là, à moins qu’il ne se soit transformé en cette femme ? Non, il, elle, avait le regard différent, le sien était vraiment plus dur. Je maintenais son regard, j’attendais juste sa réponse et ensuite je la laisserais tranquille, même si j’avais une envie furieuse de savoir qui elle était vraiment. Je me rendais compte que j’étais jalouse ? C’était un sentiment que je ne connaissais pas, je n’avais jamais été jalouse, c’était cela le pincement que j’avais au cœur en imaginant qu’elle était sa femme ? Non, sa maitresse, il avait perdu sa femme, mince. Il faut dire que vu la façon dont elle portait ses vêtements, enfin, si cela s’appelait des vêtements, parce que je n’étais pas sur que s’en soit vraiment. Des bouts de tissus qui cachaient juste le strict minimum, mais comment elle faisait pour marcher ainsi ? Il ne devait pas y avoir grand-chose pour tenir le tout et elle semblait si sure d’elle-même… bon, j’attendais sur le pas de la porte, me disant qu’au pire, si elle ne me répondait pas, je ferais demi-tour et retournerais au labo, j’avais des expériences à lancer !


Revenir en haut Aller en bas
http://shadow-of-angels.forumgratuit.org


Invité avatarInvité
MessageSujet: Re: Les liens du sang sont si vaste qu'ils ne sont pas toujours visible. (Gabrielle/Sirena) Lun 19 Nov - 15:11

*Sirena observa des pieds à la tête la petite pimbêche qui se tenait juste devant elle. C'était absolument pitoyable la façon dont elle était gênée, une véritable âme de soumise. Sa dégaine était celle d'une véritable étudiante scientifique ayant toujours le nez dans ses bouquins et surtout une antisociale incapable de s'incorporer à un groupe. Sirena sentait sa gène, sa timidité et s'amusa à les amplifier juste assez pour la déstabiliser. Avoir le pouvoir était jouissif pour la démone qui se redressa, se levant et passant de l'autre côté du bureau avant de s'y adosser à l'aide de son fessier parfaitement moulé dans sa robe provocante et aussi rouge, sombre que le sang qui coulait dans les veine de l'hybride devant elle. Les bras mis en arrière propulsa sa poitrine vers l'avant. Autrement dit, son attitude, sa posture était des plus provocante mais cela était toujours plus ou moins le cas avant la démone.
Sirena comprit que l'hybride connaissait son père mais ne savait que peut de chose sur lui puisqu'elle n'émit aucune « hypothèse »... Elle devait se poser énormément de questions ce qui ne fit qu’accroître l'amusement de la jeune femme. Penchant la tête sur le côté, ses longs cheveux noirs ébène tombèrent en cascade, un sourire d'intimidation voulu se dessinant sur son visage. *

Tu cherches « Monsieur Wrath », pourquoi ?... Et tu es?

*Elle avait accentué le « monsieur Wrath » intentionnellement, une façon de se moquer de la jeune femme qui puait pourtant le démon. Sirena venait de le comprendre, cette odeur lui faisant vaguement pensé à ses « collaborateurs » secrets. Fonçant soudain le regard, la démone se demanda si l'hybride savait ce qu'elle était... Parce que si elle savait, alors que fichait-elle dans le bureau de son père... Papa Wrath était plutôt du genre à tuer les hybrides démon plutôt que de les épargner sauf si il avait un lien de sang avec lui... Sirena ne bougea pas de sa place continuant à observer la jeune hybride. Elle dit d'une voix totalement égale et montrant qu'elle était intéressée par tout autre chose que par ce qu'elle disait. *

Je ne sais pas quand il reviendra.

*Pourquoi cet être à l'apparence si fragile voulait voir son père ? Encore les petits secrets de la famille Wrath et dont elle était largement mise à l'écart. Sirena avait l'habitude de ne pas ressentir un sentiment de famille, de faire partie de cette fichu famille. Pourtant cette femme n'était pas une Wrath, alors que voulait-elle... Qu'est était-elle ?
Soupirant intérieurement, elle se redressa et se dirigea vers la jeune femme, lui tournant autour comme un fauve prête à sauter sur sa proie pour finalement se tenir droite sur elle, plantant sur elle un regard dominant. *

Mais tu peux l'attendre ici... je vais pas te manger.

*Son petit sourire sadique en coin pouvant totalement contredire ce que Sirena venait d'affirmer à l'hybride l'amusa quand elle sentit le sentiment d'appréhension grandir chez la jeune femme. La démone se retint de rire et s'amusa à augmenter un peu plus ce sentiment, le transformant presque en sentiment de panique pure mais évidemment, en tournant autour d'elle, Sirena avait prit soin de fermer à double tour la porte du bureau du père Wrath. La pauvre petite chose devant elle devenait une proie dans la cage du prédateur... Ce qui retenait la belle n'était en rien le fait qu'elle était l'indique de certains anges mais plutôt parce que Sirena était curieuse de savoir ce qu'elle voulait à Wrath et pourquoi ce dernier avait des relations avec un hybride, un demi demon certes mais pour les Wrath, en général, cela ne faisait pas grande différence.
Le jeune femme se dirigea vers les sofas installé sur la droite du bureau, s'asseyant avec élégance ainsi qu'une légère provocation... Autrement dit la démone était égale à elle-même. Hautaine, sexy, sadique et intimidante... Du moins avec les êtres aussi fragile que les hybrides ou les humains pour ce qui était des anges et démons de pure souche, elle devait l'avouer, c'était une toute autre chose... Mais pour le moment cela n'était pas vraiment important... Elle ne savait pas quand son géniteur allait revenir, mais au fond d'elle, elle se disait qu'elle avait le temps de s'amuser un peu avec l'hybride... Ce qui l'enchantait particulièrement.*
Revenir en haut Aller en bas


feat. : Amy Acker
Messages : 9162
Age : 36
Arrivé le : 27/10/2011
Signes distinctifs : A une marque au creux des reins ressemblant à un croissant de lune dans un soleil.

Qui es-tu?
Espèce: Démon inférieur
Age (réel et physique), Mensurations: 27 ans, 1m70
Dons et personnalité:
avatar
Gabrielle Viszs
MessageSujet: Re: Les liens du sang sont si vaste qu'ils ne sont pas toujours visible. (Gabrielle/Sirena) Mar 20 Nov - 21:42


Assise face à moi, qui me tenait debout, je ne pouvais m’empêcher de me sentir mal. J’avais l’impression d’être broyée de l’intérieur par mes émotions, hors j’arrivais à les gérer habituellement, mais là, j’avais l’impression que ce n’était pas possible, comme si quelque chose ou quelqu’un s’amusait avec, mais c’était impossible, pas vrai ? Ma respiration se faisait un peu plus rapide et je pouvais entendre mon sang battre dans mes oreilles, à moins que cela ne soit mon cœur ?

Dans tous les cas, cette femme me semblait si sûre d’elle, j’avais envie de lui ressembler, mais pas habillée de la même manière. Je n’aimais pas être provocante, je ne savais pas l’être et surtout ce qu’elle portait était bien trop ouvert de partout, en plus elle montrait presque sa poitrine à tout le monde et je détournais les yeux, dès que je me rendais compte que je la détaillais un peu trop. Cela ne se faisait pas et puis je ne voulais pas d’ennuis. Déjà il fallait que je me reprenne, ce n’était qu’une femme après tout et elle ne me ferait pas de mal, pas vrai ? En même temps, je ne la connaissais pas, donc je ne pouvais pas savoir, mais j’étais dans le bureau du patron et s’il devait faire nettoyer du sang de sa responsable des travaux de laboratoire, je n’étais pas sur qu’il apprécie, même si par la suite je n’étais plus là pour le voir. Déglutissant, je n’avais pas le choix, j’avais la gorge sèche d’une panique qui me montait à la tête, je me reprenais, serrant contre moi les notes que j’avais prise pour M. Wrath concernant son arrivage de plantes. Ce qui me fit penser qu’elle, la femme en face de moi, ne devait pas vraiment l’apprécier à sa juste valeur, vu comment elle disait son nom comme pour le dénigrer. Son port altier, son allure de… non, je ne devais pas penser cela, si elle lisait mes pensées, elle n’apprécierait pas la manière dont je pouvais la traiter, ne sachant pas qui elle est. Mais pourquoi n’était-il pas dans son bureau ? Je ne pouvais pas partir, la moindre séance, le moindre respect, même pour les femmes comme elles, ce respect se valait et je ne voulais pas lui en manquer. Prenant une profonde inspiration, tentant de faire taire cette angoisse, je n’arrivais qu’à sentir sa satisfaction à elle et me concentrais dessus afin d’arriver à parler, correctement.

« Je recherche mon patron, pour ses affaires professionnelle, je travaille pour lui et comme tout n’était pas arrivé à bon port, je voulais juste le prévenir qu’il y avait eut des problèmes, c’était tout. Je repasserais plus tard, à moins que… »

Je regardais la femme en face de moi toujours, dans cette attitude provocante, elle pouvait faire ce qu’elle voulait, j’avais l’impression qu’elle me testait, ou qu’elle voulait quoi ? Que je lui saute dessus ? Non, j’avais été la proie assez souvent pour reconnaitre dans ce regard le fauve qui ne demandait qu’à bondir. J’aurais aimé avoir le don de lire dans les pensées, mais je ne pouvais que lire les émotions et oh… Et si ce sentiment d’angoisse venait d’elle ? Non, ce n’était pas possible, elle semblait être un démon, face à moi elle ne pouvait pas se sentir angoissée ! Mais pourquoi moi je me sentais de pire en pire ? Soutenant son regard, je ne savais pas si j’allais vraiment rester. Je sentais que j’allais devenir folle à force de chercher pourquoi j’avais une appréhension qui me montait si vite ! Surement le fait qu’elle ait fermé la porte derrière moi, car je ne me rappelais pas l’avoir fait en entrant.

« A moins que je ne l’attendes ici… »

Super, sans m’en rendre compte, j’avais l’impression d’être devenue une proie facile, pourtant c’était au-dehors que j’avais peur de me faire attraper, même en tant qu’hybride. Et plus je l’observais, plus je me disais que c’était probablement ce qu’elle voulait, que je me sentes mal à l’aise, enfermée avec elle dans ce bureau, mais je ne craignais rien, j’étais dans le bureau de mon patron, qui était un maniaque des caméras en tout genre, sans compter les sorts qu’ils avaient dû mettre pour éviter que des intrus ne pénètrent ici. Autant faire connaissance, enfin si elle le souhaitait. Essayant de me canaliser sur ses propres émotions à elle, son sentiment de satisfaction me convenait, j’avançais droit sur elle et lui tendais finalement la main.

« Je pense que s’il faut attendre, autant faire les présentations correctement. Je suis Gabrielle Evans, responsable des laboratoires de Monsieur Wrath depuis quelques mois. Et vous êtes ? »

Bien, j’avais réussis d’une part à ne pas flancher, à lui parler d’une traite sans tremblements ni dans la voix, ni dans la main et d’autre part à m’approcher. Un véritable exploit pour moi qui n’aimais pas les contacts physiques, enfin cela dépendait avec qui. Maintenant j’attendais de savoir si elle allait faire de même, se présenter et me serrer la main, si elle ne me la broyait pas, maintenant je me méfiais de tout…


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://shadow-of-angels.forumgratuit.org


Invité avatarInvité
MessageSujet: Re: Les liens du sang sont si vaste qu'ils ne sont pas toujours visible. (Gabrielle/Sirena) Ven 4 Jan - 17:38

*Pendant un instant, Sirena songea à calmer son don, voyant que la jeune assistante de son paternel devenait de plus en plus folle, se posant beaucoup de question mais la jeune hybride trouvait cela tellement amusant et jouissif. Croisant délicatement les jambes, elle joua de son charme dans le but de perturbé un peu plus la jeune femme. Heureusement, elle réussissait encore à parler sans perdre l'usage de sa voix ou alors à se mettre à chevreter. Ses émotions n'avaient pas encore pris le dessus, autrement dit, pour Sirena, elle n'était pas encore aller assez loin mais avant d'augmenter encore un peu le pouvoir dont elle faisait usage, elle décida d'utiliser son meilleur atout, sa personnalité. Elle émit un léger rire quand la jeune femme dit attendre son « patron ». Son père avait beaucoup de gens à son service et apparemment, il adorait prendre les plus pitoyables possible. Qu'est ce que c'était affligeant de faire partie de cette famille décomposée jusqu'à la moelle. *

Oui, attend le ici. Je ne vais pas te faire fuir. Je ne suis pas si effrayante quand même ? Qui plus est, on me dit bien plus souvent l'inverse.


*Plongeant son regard dans le sien, elle laissa ses lèvres s'étirer en un sourire aguicheur et certainement affreusement gênant pour la femme devant elle. Désignant la place à ses côtés en tapotant de la paume de sa main gauche, elle pencha la tête. *

Tu peux même t'asseoir à mes côtés...


*L'éclat de rire était vraiment proche. Cette hybride ne savait apparemment pas sa nature et lâchement, Sirena en profitait. En effet, même si la jeune femme détestait les démons, les Wrath plus précisément et tout ce qu'ils représentaient, elle savait ce qu'elle était, ses défauts ainsi que ses qualités... humaines ou non car parfois, l'humaine passé refaisait surface, comme avec Danny... Cette femme le lui rappelait mais elle n'en laissait rien voir bien évidemment. Se serait sa pire erreur. Elle n'y pensait d'ailleurs jamais mais voilà, un petit relâchement ni agréable ni horrible, juste infiniment triste ce qui eut pour effet d'appuyer sur son don, augmentant grossièrement la peur, l'angoisse et le doute de la jeune femme devant elle alors qu'elle se présentait. Un joli prénom, très angélique pour une démone, demi démone pardon.
Sirena se redressa, se dirigeant d'un pas volupté vers Gabrielle Evans, facilement manipulable mais au fond d'elle, la jeune hybride se disait qu'elle en cachait bien plus qu'on ne pouvait s'en douter au premier coup d'oeil. La regardant de haute en bas. La belle brune savait qu'elle ne devait pas évoquer son lien de parenté avec son boss entant donner que physiquement, ils semblaient avoir le même âge, de ce fait, elle mesura chaque parole dites. *

Monsieur Wrath a toujours aimé les femmes un peu nunuche. Il est tombée sur la reine apparemment. Je suis Sirena, une connaissance de ton boss.


*Refusant d'en dire plus, de lui serrer la main ou autre, elle lui souri avec tout l'arrogance possible, totalement satisfaite de sa petite « critique » qui serait certainement jugé idiote et d'une bassesse imposante par sa très cher famille mais après tout, est ce qu'un jour, leur opinion l'avait intéressée ? Non, elle faisait juste attention à ne pas mourir pour ce qu'elle était... De plus, sa nature seule d'hybride révoltait les Wrath alors que pouvait elle faire de bien pire que d'être né ? Rien...
Retournant à sa place, elle se laissa adorablement allé sur le dossier, ne lâchant pas Gabrielle du regard. *

Tu es juste la responsable du labo de Wrath ? Vraiment ?


*Sirena avait envie de creusé et la direction qu'elle prenait n'allait certainement pas plaire à certains mais aujourd'hui, elle voulait prendre des risques. *

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


feat. : Amy Acker
Messages : 9162
Age : 36
Arrivé le : 27/10/2011
Signes distinctifs : A une marque au creux des reins ressemblant à un croissant de lune dans un soleil.

Qui es-tu?
Espèce: Démon inférieur
Age (réel et physique), Mensurations: 27 ans, 1m70
Dons et personnalité:
avatar
Gabrielle Viszs
MessageSujet: Re: Les liens du sang sont si vaste qu'ils ne sont pas toujours visible. (Gabrielle/Sirena) Mer 9 Jan - 17:38



Qui aurait envie de s’asseoir à ses cotés ? Surement pas moi et à mon avis à part un esprit dérangé, je ne voyais pas qui pourrait se l’autoriser. Non, mais franchement, elle était une véritable… Je soupirais, j’allais penser quelque chose de très désagréable, mais c’était mes émotions qui ne cessaient de me frapper en plein cœur, comme si quelqu’un en jouait, hors, était-ce possible ? Je n’en savais trop rien, j’avais déjà du mal à gérer les miennes alors venir mettre le bazar chez quelqu’un d’autre, c’était tout bonnement improbable, pas vrai ? Sauf que je sentais comme de l’autosatisfaction et je sus alors que je ressentais les siennes. Je m’y accrochais, elles étaient plus optimistes que les miennes et cela me soulageais un peu. Je restais debout, droite comme un piquet, quelle idée de vouloir rester, mais en même temps, j’avais des informations à lui donner et les mettre par écrit, il détestait cela, je l’avais bien compris. Par contre elle venait de me traiter de nunuche ? Je faisais un effort pour être polie, mais cette connaissance de mon patron, je ne l’aimais franchement pas beaucoup !

« D’une part je n’ai pas l’intention de m’asseoir, qui plus ait à vos cotés et d’autre part, je me demande bien qui des deux est la plus nunuche ! Sachez que oui, JE suis le responsable de SON laboratoire, mais, je n’ai de respect que pour les gens qui le valent et vous, vous avez beau être une de ces connaissances, vous ne méritez aucun respect ! Regardez-vous avant de vous amusez des autres ! J’ai peut-être l’air nunuche comme vous savez si bien le dire, mais au moins je suis douée dans mon travail et surtout je ne ressemble pas à une pute ! »

Voilà, c’était sorti, bien malgré moi, mais la colère que je ressentais ne c’était pas estompée, tout comme l’angoisse permanente qui me taraudait depuis que j’étais entrée ici, mais habituellement, j’étais sereine lorsque je travaillais, donc je savais très bien que c’était elle qui manquait de politesse. Je n’avais jamais été du genre à me laisser marcher sur les pieds et pourtant j’avais un tumulte d’émotions qui ne cessait de m’enfoncer un peu plus. Je me redressais, j’avais dû donner l’impression d’être petite, chose que j’étais d’ailleurs, mais je ne la quittais pas du regard, elle pouvait bien vouloir me faire peur avec ces grands airs et si je pouvais dégager cette peur, la transformer en autre chose se serait bien, sauf que je ne savais pas l’utiliser…

Je restais sur mes gardes, me disant que franchement, je me serais bien passé de tout cela, déjà la récupération des plantes ne c’était pas produite comme il le fallait, une jeune humaine avait bien failli se faire tuer, bon, en même temps je l’avais fait voltiger ailleurs, là où elle était avant de venir tuer ses hommes. La seule chance, c’était que Xhès soit invincible, dans le style invincible, on pouvait lui faire subir n’importe quoi, il revenait toujours, il devait avoir usés plus de vie qu’un chat, mais j’aimais bien, au moins, je n’avais pas peur de me retrouver seule et il était vrai que lorsqu’il était présent dans la même pièce que moi, j’allais mieux… Hum, maintenant, en y repensant bien, est-ce que c’était lui qui me mettait dans cet état ? Je voulais dire est-ce qu’il arrivait à me malaxer virtuellement ? Non, émotionnellement, oui, c’était mieux cela, il était toujours de bon ton, enfin avec moi, avec d’autres, il pouvait être la pire teigne qui puisse exister. Mais j’en revenais à cette femme, non, je ne l’aimais absolument pas et rien ne me fera changer cela, par contre, je me méfiais du retour de flamme, je n’avais pas toujours ma langue dans ma poche, mais il était vrai que là, elle pouvait dire ce qu’elle voulait, elle l’avait bien cherché !

J’avais deux ou trois incantations à lui lancer si elle tentait le moindre geste envers moi, mais je ne savais pas si je serais assez rapide pour cela. Par contre, elle devrait bien faire attention par la suite, parce que Monsieur Blake m’avait bien dit qu’il traquerait et me ramènerait tous ceux qui oseraient porter la main sur l’un de ces employés et je m’amuserais avec son esprit, quitte à la faire disséquer vivante. J’avais de drôles d’idées, mais je savais très bien que mon alter égo n’avait qu’une envie, c’était de sortir, de me remettre en arrière plan et de s’occuper d’elle, sauf que je la faisais taire comme je pouvais, mais si cela continuait, j’en connaissais une qui aller prendre…

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
http://shadow-of-angels.forumgratuit.org


Invité avatarInvité
MessageSujet: Re: Les liens du sang sont si vaste qu'ils ne sont pas toujours visible. (Gabrielle/Sirena) Dim 24 Fév - 10:39

*Sirena regardait toujours la jeune femme devant elle. La « responsable » du labo de son géniteur était vraiment très amusante. Évidemment, comme toutes personnes rencontrant pour la première fois la démone, l'employé la prenait pour une véritable salope. Une sorte de compliment pour cette dernière. Savourant le moment, elle émit un léger rire mais réellement amusé, elle n'eut pas d'effort à faire pour feindre quoi que ce soit. Elle s'amusait comme une folle, adorant les réactions de l'hybride. Ne bougeant pas de sa place, elle se laissa basculer contre le dossier du canapé, son sourire ne désertant à aucun moment son visage cruellement angélique. Croisant ses bras sous sa poitrine, elle fit volontairement remonter légèrement sa pulpeuse poitrine, connotant ainsi les dernières paroles de la jeune femme. *

C'est bien trop de compliment que tu me fais là ! Cependant, ne parle pas de se que tu ne sais pas. Ton boulot est peut-être de responsabilité mais si je pense qu'il est aussi minable que ta petite personne, ce ne sont pas tes paroles
(Prenant un air théâtrale) si imposante et bien entendu véridique qui changeront quoi que se soit.

*Son ton à la fois ironique et moqueur ne pouvait qu'énerver un peu plus la jeune femme mais Sirena trouva cela particulièrement amusant. Voulant, tout de même se venger en jouant une fois de plus avec ses sentiments, elle plongea en elle mais une chose étrange se produisit : les émotions de la jeune femme était double. En effet, d'un côté, il y avait l’inquiétude, une légère colère, bref une grande humanité, les humains ressentant toujours des sentiments aussi complexe mais une autre partie de l'hybride était de la haine pur, une envie de faire mal... Sirena resta pendant un instant sans bouger, son sourire devenant fixe, les yeux dans le vague comme si la réponse se trouvait dans les airs. Se disant qu'elle trouverait la réponse une prochaine fois, la démone revint à ses moutons et d'une main invisible captura l'angoisse, le mal être de son interlocutrice et le malaxa, les rendant tellement intenses que ses émotions en devinrent douloureuses. Ses dernières n'écrasèrent pas totalement la partie « mauvaise » de la jeune femme que Sirena avait ressentit mais la démone se dit qu'elle ne pourrait se concentrer dessus très facilement, se qui semblait être un avantage. Se levant, elle avança vers elle, son instinct lui soufflant que si elle tentait de la toucher physiquement, le paternel allait tout simplement la réduire en charpie. Un raisonnement étrange selon Sirena et pourtant, elle était persuadé qu'elle ne devait rien faire, sauf si cette petite conne la provoquait réellement. Après tout, son père avait l'habitude d'avoir des enfants à problèmes même si la torture subit n'était pas du tout son truc. Parfois, elle rêvait de partie loin de tout ça et une fois, elle avait faillit mais voilà... Il faut croire qu'elle n'avait pas encore assez de cran et il lui semblait qu'elle ne l'avait toujours pas... Ah un ou deux détails près bien sur qu'elle ne divulguerait jamais à personne. De toute façon, elle n'avait pas d'amis pour le faire, le problème était donc réglé.

Sa robe rouge lui arrivant au dessus des genoux et la moulant tel une « pute » comme l'avait gentiment qualifié cette peste, Sirena ne relâcha à aucun moment la pression sur ses émotions, une véritable torture psychique pour la plupart des gens. Ce qui expliquait le fait que chaque personne qui la connaissait un tant soit peu se protégeait dès son arrivée, sachant que la démone pouvait aller chercher très loin mais vraiment très loin. Ne s'approchant pas trop près cependant, elle plongea son regard dans la jeune femme plutôt résistante se qui rendait le plaisir de la belle brune encore plus intense. *

Si tu as besoin d'être la responsable de Wrath et de me traité de pute pour te sentir puissante, tu es encore plus minable que je ne le pensais, pauvre enfant que tu es...

*Sur ce, elle passa à côté de la responsable de Blake Wrath, la poussant assez fort pour qu'elle trébuche mais sans toute fois y laisser quelconques séquelles sur son petite corps. Elle regarda la jeune femme à terre. *

Désolé, tu étais sur mon passage. * Dit-elle d'un air narquois.

Sur ce, elle s'avança vers la porte, prête à laisser la petite peste seule dans le grand bureau de son père. *

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas


feat. : Amy Acker
Messages : 9162
Age : 36
Arrivé le : 27/10/2011
Signes distinctifs : A une marque au creux des reins ressemblant à un croissant de lune dans un soleil.

Qui es-tu?
Espèce: Démon inférieur
Age (réel et physique), Mensurations: 27 ans, 1m70
Dons et personnalité:
avatar
Gabrielle Viszs
MessageSujet: Re: Les liens du sang sont si vaste qu'ils ne sont pas toujours visible. (Gabrielle/Sirena) Mar 26 Fév - 20:52



Je me retrouvais au sol, alors que je n’avais rien demandé, non, mais je rêvais ? Non, c’était la réalité et je la voyais filer comme le vent presque, sauf que c’était moi qui était au ralenti. Je n’avais pas fait attention avec elle et la traiter de cette manière n’était pas forcément des plus judicieux, mais je n’aimais pas ce genre de femme qui se croyait tout permis et qui plus ait venait de me mettre plus bas que terre. Je ne faisais pas un geste pour la retenir, qu’elle parte, je n’avais pas besoin de me sentir encore plus humiliée par une créature pareille, oui, je pensais bien créature et pas femme, parce qu’aucune femme digne de ce nom ne se comporterait ainsi, pas vrai ? En fait je n’en avais aucune idée, comment savoir si c’était vrai ou non, comment savoir si ce n’était pas moi qui étais normale ? Le pire c’est que tout ce que j’avais pu lui dire lui était passé d’une oreille à l’autre et la faisait sourire. J’avais eut une envie de lui arracher son sourire et de le lui faire ravaler, mais je n’étais pas assez forte pour cela, je n’arrivais déjà pas à contrôler mes émotions, alors contrôler mes dons me semblait insurmontable et c’était bien le cas.

Il avait fallu que je tombe sur une autre humaine pour me rendre compte à quel point j’étais peu douée en combat, en magie ou autre et avec cette démone, car pour moi s’en était une, je n’étais même pas capable de l’affronter de face. Je me redressais, appuyant sur mes mains, ne quittant pas du regard cette porte qui venait de se fermer, rebaissant ma chemise dans mon dos, couvrant ainsi ma marque. Je n’aimais pas être mise à nu ainsi et encore moins que quelqu’un vienne fouiller dans mes émotions pour jouer avec, parce que c’était ce qu’elle savait faire elle et moi, à part mes analyses, je n’étais douée en rien d’autre. Je serrais le dossier contre moi, regardant autour, mais il n’était pas apparu et cela me désolait qu’il ne soit pas présent, je me sentais triste, pourtant il n’était que mon patron, mais je ne savais pas trop, je sentais un lien entre nous, enfin moi je le sentais, mais lui, non, je n’étais qu’un insecte dans sa ligne de mire, je ne l’avais que trop combien compris en l’entendant parler à l’un de ces employés, nous étions tous là pour travailler et la fermer et accessoirement aussi trouver des solutions à certains de ces plans. Et la rencontre avec cette femme, espérant secrètement qu’elle ne soit pas l’une de ces maitresses, même si je n’en avais jamais vu de près ou de loin, parce qu’il avait franchement mauvais gout, enfin elle m’avait vraiment montré à quel point j’étais minable.

Je mis un certain temps à me remettre de cet intermède entre nous, tout simplement parce que je me sentais encore angoissée, alors qu’elle n’était plus là, ce qui n’était pas normale. Je m’adossais à un mur, laissant ma respiration revenir petit à petit, tentant de faire le vide dans mon esprit, ce qui n’était pas une mince affaire, surtout vu la façon dont je l’avais en travers de la gorge. Dire que j’étais venu voir mon patron pour une histoire de plants qui n’étaient pas tous aux normes et qu’en fait, je m’étais retrouvé confronté à cette… chose ! A moins que se ne soit un plan faramineux de mon employeur, mais non, il n’était pas présent, ce n’était qu’un simple concours de circonstance en ma défaveur. Oui, tout à fait en ma défaveur, parce que non, je ne traitais jamais les gens de cette manière, mais depuis quelques temps, autant le penser de suite, depuis que ce démon aux yeux bleu m’avait prit ce que je pensais être de plus cher, je me retrouvais de plus en plus mauvaise et je le savais bien.

Je n’avais qu’une envie, c’était de partir dans un coin et me cacher pour pouvoir pleurer de tout mon saoul, mais je n’étais pas une enfant comme elle avait prétendu l’être, non, je savais me contrôler un minimum, de ce coté là. Finalement je prenais la décision d’aller déposer le dossier sur son bureau, prenant un stylo de ma poche arrière et notait un mot sur le dessus, lui expliquant ce que j’avais constaté, puis refermant le tout, je sortais rapidement, évitant de courir dans les couloirs, mais évitant de tomber sur n’importe qui et surtout pas cette grande perche, parce que je me sentais vraiment petite comparé à elle, physiquement et émotionnellement !


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://shadow-of-angels.forumgratuit.org


Invité avatarInvité
MessageSujet: Re: Les liens du sang sont si vaste qu'ils ne sont pas toujours visible. (Gabrielle/Sirena) Lun 25 Mar - 19:40

*Sirena savait que c'était minable de la jeté à terre de cette façon. Kohler et sa pétasse de jumelle lui auraient sûrement fais une remarque comme quoi c'était un comportement minable. Ils n'auraient pas tord, bien au contraire mais voilà, la jeune démone s'en fichait. C'est pourquoi, elle avait laissé l'hybride à terre, lui jetant un dernier regard aussi méprisant que hautain avant de franchir le seuil de la porte. Elle avait refermé la porte en un claquement aussi sourd que ses haut talons rouge. Sa courte robe lui moulant adorablement et de façon vulgaire son petit derrière qu'elle déhanchait de façon accentué à fin d'attirer les regards, principalement des hommes humains qu'elle ramenait dans une chambre d’hôtel pour les saigner et prendre son pied. Mais le hic dans l'établissement où elle se trouvait, c'était qu'il appartenait à son père et même s'ils n'en étaient pas conscients, les humains étaient de ce fait la propriété de son géniteur.

Soupirant, elle se dirigea vers la sortie tout en lançant des regards totalement indescents aux hommes environnant, les femmes la regardant comme si elle était une véritable putain et cela ne pu que réjouir la jeune femme qui trouvait ce genre de détail comme une compliment, il fallait faire bien pire pour l'insulté.

Regardant une dernière fois la porte toujours fermé après son passage, elle sonda un instant Gabrielle encore à l'interieur et sourit, satisfaite de savoir la jeune femme perturbé, humilié... C'est donc avec ce sentiment de satisfaction qu'elle sortit du bâtiment, décidant de fêter cette réussite et de continué la journée en prolongeant les festivités : La chasse à la banque de sang sur patte était ouverte !*
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Les liens du sang sont si vaste qu'ils ne sont pas toujours visible. (Gabrielle/Sirena)

Revenir en haut Aller en bas

Les liens du sang sont si vaste qu'ils ne sont pas toujours visible. (Gabrielle/Sirena)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» De nouvelles voitures dispo sur le Store
» Tous les suicidés sont le Christ,toutes les baignoires sont le Graal.
» Liens du sang
» Je vous salut
» Les lapins muets...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shadow Of Angels :: 
 :: La Banlieue :: WrathCorps'Industry
-